Calendrier Do It Yourself 2017

Avec comme thème « Pour les 15 ans de Lestime, réalisons un calendrier lesbien, féministe, mémoriel, jouissif et corrosi ..! «  l’Atelier DIY (Do It Yourself) : notre calendrier féministe et perpétuel, a eu lieu vendredi 27 janvier en soirée et samedi 28 janvier la journée, dans les locaux de Lestime

En partageant nos souvenirs liés à notre association via des photos, des dessins, des œuvres plastiques, des affiches, des illustrations, des visuels qui nous inspirent…
En partageant nos envies de futurs rendez-vous à Lestime et dans l’intention de transmettre nos souvenirs

Avec l’aide de photocopieurs, de ciseaux, de tubes de colle, de complicité et de plaisirs, nous nous sommes amusées à explorer les 15 ans de Lestime via les visuels apportés par les participantes, ceux trouvés dans la bibliothèque, ou encore sur le net… pour réaliser des collages qui illustrent les pages de notre calendrier perpétuel à la façon de CLITOO7 « Concentré Lesbien Irrésistiblement Toxique »
Vous retrouverez les numéros numérisés ici : www.clit007.ch et des fanzines lesbiens d’hier et d’aujourd’hui pour revisiter nos souvenirs et nos rêves sororaux.

Un scoop : la première page Wikipédia concernant Lestime à été créée à cette occasion !
https://fr.wikipedia.org/wiki/Lestime

Le calendrier, avec tous les collages des participantes, est présenté dans les locaux de Lestime, en version papier et en version numérique.

Télécharger ici : CalendrierA4

Un grand merci à Isabelle Sentis pour ce superbe week-end et merci à toutes les participantes pour ces rencontres sororales et inspirantes. Beaucoup de plaisirs en ayant beaucoup appris sur l’histoire du féminisme et de Lestime.
Isabelle Sentis à Lestime, c’est toujours un événement à ne pas manquer !
Celle qui nous a déjà présenté entre autres, Queer Code http://www.queercode.net ainsi qu’un atelier Drag Kings était de retour fin janvier, c’était l’occasion de la retrouver et de redécouvrir la démarche militante et artistique de cette figure de la culture LGBTIQ.

Historique
Lestime a vu le jour en 2002. Elle a succédé à de nombreuses associations dont le Centre Femmes au boulevard St-Georges, puis La Maison à Champel, rebaptisée le Centre Femmes Natalie Barney (CFNB),.
Lorsque les lesbiennes de Genève décidèrent de trouver un local au cœur de la ville, au 5 rue de l’Industrie, elles se rebaptisent : Lestime.
Lestime fêtera cette année 2017, ses 15 ans, réaffirmant ainsi l’héritage et la poursuite du mouvement des lesbiennes genevoises qui existe depuis que le premier Groupe lesbien (GL) a vu le jour au sein du Mouvement de libération des femmes (MLF) en 1972.
Les obstacles d’hier sont ceux d’aujourd’hui: l’invisibilité, l’hétérocentrisme, la domination patriarcale, toujours largement répandus. Le formidable élan des années 70, la rage créatrice et l’humour décapant de Vanille / Fraise, groupe de lesbiennes politiques, les libres escapades du journal CLIT 007 n’en finissent pas de nous inspirer.
Après une occupation mouvementée aux Grottes, un Centre femmes s’ouvre au Boulevard St-Georges de 1977 à 1989. Ce sont aussi les lesbiennes qui l’investiront en y organisant notamment les fameux Bals des Chattes Sauvages.
De 1989 à 1998, le Centre Femmes Natalie Barney (CFNB) se crée dans la maison de Champel. Se dessine une rupture apparente entre les «politiques» et les «festives». Pourtant, l’importance de la fête pour le mouvement homosexuel revêt un sens moins superficiel qu’il n’y paraît. Par le droit à la légèreté, on ne s’affirme ni malade, ni déprimée mais joyeuse, débridée et en lien avec d’autres.
En 1998, le déménagement dans la zone industrielle du Lignon assène un coup qui aurait pu être fatal, sans l’obstination de quelques-unes.
En 2002, Lestime voit le jour, sur les traces de celles qui l’ont précédée. Elle intègre dans ses principes et ses actions l’appartenance au mouvement féministe et au mouvement LGBT (lesbienne, gay, bi et trans). Les activités de Lestime se développent autour de différents pôles : politique, culturel, social et festif.

Nous souhaitons proclamer notre histoire et les liens qui unissent les militantes d’hier, d’aujourd’hui et celles à venir.