Hip-Hop pour Tous: Et si en 2014, le rap était moins homophobe?

S’il y a un style musical qui a, hélas, fait la promotion de l’homophobie et du sexisme, avec parfois beaucoup de violence, c’est bien le rap. Cette musique exerce une forte influence sur les jeunes, dont certains se croient devoir prouver leur virilité en devenant homophobes, sexistes et violents.

C’est pourquoi, Ultimate Production et Blue Mind Music organisent une table ronde sur la question “Hip-hop pour Tous – Et si en 2014 le rap était moins homophobe…?” le 4 mars 2014 à 19h, à la Maison des Associations (15 rue des Savoises). Dans ce but, seront invité-e-s à la table des intervenant-e-s issu-e-s d’associations LGBTIQ ainsi que des figures de la culture Hip-Hop en Suisse romande.

A cette occasion, nous vous invitons à visionner le clip de rap “Hip-Hop pour Tous”, qui a des paroles percutantes dénonçant le sexisme et l’homophobie dans le rap.

Le mouvement Hip-Hop

A la base, le Hip-Hop, mouvement culturel né dans le Bronx vers la fin des années 70, était à l’opposé de la violence qui sévit dans une trop grande majorité de productions de rap commercial.
Le mouvement Hip-Hop comprend différentes formes d’expressions musicales et artistiques, telles que le rap, le breakdance, le graffiti et le DJing.

4 disciplines du Hip-Hop, graffiti

Un des pionniers de ce mouvement était Afrika Bambaataa, un ancien membre de gang, qui a crée un mouvement appelé Zulu Nation. La Zulu Nation prônait les valeurs “Peace, Love, Unity and Having Fun”, soit la paix, l’amour, l’unité des peuples, le respect d’autrui et le fait passer du bon temps. Ce mouvement se voulait une alternative pacifiste aux gangs violents qui exerçaient une forte influence et une pression sur les jeunes des quartiers défavorisés à New York. Il s’agissait de proposer aux jeunes des activités qui favorisent leur expression créative dans un esprit de conciliation par opposition à la violence des gangs.

Il y a une forte à invitation au dépassement de soi dans chacune des disciplines du Hip-Hop. Que ce soit la danse, le graffiti ou la musique, la personne s’y adonnant est invitée à s’améliorer pour obtenir à chaque fois un résultat meilleur, et repousser ses propres limites. Les valeurs universelles du Hip-Hop sont aussi à chercher dans sa capacité à faire évoluer la société.

Femmes dans le Hip-Hop

Au départ, le Hip-Hop était un milieu plus masculin, mais les femmes ont apporté dans le rap un certain renouveau, que ce soit au niveau du style musical ou des sujets abordés. Les rappeuses sont parvenues à se créer une place importante dans le mouvement, malgré leur nombre beaucoup plus réduit.

Hélas, l’image des femmes dans le rap commercial est généralement très dévalorisée, par le fait qu’elle soient souvent décrites dans les textes comme femmes objets, voire comme des prostituées, au service de l’homme-rappeur (voire rappeur-macro) plein d’argent et tout puissant.

Mais dans un certain rap underground, les paroles parlent aussi des “sœurs” et de leurs difficultés spécifiques telles que la dénonciation du sexisme, les violences conjugales ou la maternité…

Voici le lien vers le site “Hip-Hop pour Tous” et un article y faisant référence sur le magazine 360°.